Jazz Middelheim - 14 août: une journée américaine.

Archie Shepp 02

Gizmo w Chris Cheek

Débuts des concerts, sous le magnifique chapiteau, à 15 h 30: hommage au Conservatoire d'Anvers. Anneleen Boehme, l'excellente contrebassiste du Lab Trio, est entourée de la Coréenne Cho Rong Kim au piano, de Geert Hendrickx à la guitare, Simon Rancan à la batterie et coachée par Chris Speed, le saxophoniste de "Howard Peach" (album Werf-El Negocito) et du Claudia Quintet de John Hollenbeck. Une formation sax-piano-guitare, même inconsciemment on pense au quintet Mark Turner-Brad Mehladau-Kurt Rosenwinkel. Esthétiquement, on n'en est pas si éloigné, au travers d'une succession de compositions originales ponctuées du Strawberry Jam de Speed.

Chris Cheek Anneleen Boehme Simon Raman
Jason Moran

17 h 30: le musicien en résidence, le pianiste Jason Moran. On connaît ses albums avec les saxophonistes Charles Lloyd, Steve Coleman ou Greg Osby. Ici, il présente un projet tout différent en trio. Ron Miles au cornet, le compagnon notamment de Bill Frisell (albums "Circuit Rider" et "Quiver") que Moran rencontre justement le dimanche. A la guitare, Mary Halvorson qui a étudié et enregistré avec Anthony Braxton, joué avec Tim Berne, enregistré avec Chris Speed ("Revurse Blue") et Jon Irabagon ("Saturn Sings"): avec ses multiples pédales, elle obtient des sonorités mordorées comme avec un bottleneck. Jason Moran se montre très expansif, avec parfois des effets de piano préparé (planchette de bois et une sorte de maracas posées sur les cordes du piano): après Fiasco de Motian et No Doubt d'Andrew Hill, une série de compositions originales mais avec une impression de musique très introspective, très écrite (Mary Halvorson, le nez plongé dans ses partitions).

Jason Moran Mary Halvorson Ron Miles
Mary Halvorson
Archie Shepp 02

Avec Archie Shepp et son Attica Blues Orchestra, la musique décolle: 15 musiciens et deux chanteuses (Cecile McLorin Salvant et Marion Rampal), une section de saxophones impétueuse emmenée par l'expansif Jean-Philippe Scali (bs). Par rapport à l'album "I hear the sound" et au concert de Jazz à Liège en 2014, pas de quatuor à cordes (ce qui dynamise encore l'orchestre), pas d'Amina Claudine Myers dans les choeurs et, à la place de Reggie Washington, Darryl Hall (présent sur un des thèmes du disque), tantôt à la contrebasse, tantôt à la basse électrique.

Archie Shepp 01
Archie Shepp Musical Director
Archie Shepp Jean-Philippe Scali 01

Au ténor, Archie Shepp fait toujours preuve de sa puissance de coffre et, s'il est moins convaincant au soprano (il n'y recourra qu'à l'intro de Steam pour revenir rapidement au ténor rageur), au chant, il est un admirable blues shouter. Vont se succéder les grands succès de l'album: Quiet Dawn de Cal Massey avec Marion Rampal au chant et un beau solo de saxophone baryton, Blues for Brother G. Jackson avec brillant solo de guitare (Pierre Durand) et de saxophone ténor (François Théberge), The cry of my people de Cal Massey avec envolée de trompette (Olivier Micoli), Steam avec l'impériale Cecile McLorin Salvant et Olivier Chaussade à l'alto, Come Sunday d'Ellington interprété à trois voix, le très enlevé Mama Too Tight emmené par la basse électrique et le drive de Famadou Don Moye, avec un superbe passage de blues shouter et un fiévreux chase entre alto et trombone, Déjà Vu avec McLorin Salvant en contrechant de la flûte de François Théberge. Comme le proclame les choristes: "I got the feeling". Standing ovation et rappel pour un Mama Too Tight d'enfer.

Cecile McLorin Salvant Marion Rampal
Tom McClung with Archie Shepp and Vocalists
Joe Lovano Chris Potter Cecil McBee 01

A 21 h 30, Joe Lovano et Chris Potter dans un Sax Supreme du tonnerre: au piano, le prometteur Lawrence Fields, diplômé de Berklee et membre du quintet de Joe Lovano et Dave Douglas présent au festival de Gand en 2012; à la contrebasse, le vétéran Cecil Mc Bee qui a joué avec la crême des saxophonistes, soit Sam Rivers, Wayne Shorter ou Pharoah Sanders mais aussi avec Elvin Jones; à la batterie, le bouillant Jonathan Blake, membre du Mingus Big band, qui a enregistré avec Tom Harrell, Jack Walrath ou Oliver Blake et a enregistré en trio avec Chris Potter et Ben Street: un drive inflexible.

Joe Lovano

L'occasion de célébrer le 50e anniversaire de "A Love Supreme" de Coltrane, dont le quintet interprète, avec fougue, Acknowledgement (le premier mouvement de la suite que John Coltrane joua, en seconde prise, avec Archie Shepp, plage qui figure sur la réédition du mythique album mais pas sur le LP d'origine). Une vraie sax battle d'enfer, l'un enchaînant sur les envolées de l'autre. Pas de référence à la période de la fin des années '60, notamment avec Pharoah Sanders (pour cela, rendez-vous avec le duo Jeroen van Herzeele et Giovanni Barcela) mais plutôt celle du milieu des années '60 ("A love Supreme", "Crescent") mais avec un détour vers un grand classique plus apaisé, I want to talk about you de Billy Ekstine que l'on pouvait découvrir, entre autres, sur les albums "Live at Birdland" ou The European tour". Standing ovation largement méritée, ponctuée par un rappel: le Mr P.C., dédié à Paul Chambers qui figure notamment sur l'album "The European Tour".

Chris Potter

De grands moments.

Au Club Stage, quatre belles performances de Jeroen van Herzeele: une vraie musique de transe qui n'est pas sans rappeler aussi l'univers de Trane, celui flamboyant des derniers albums. D'abord en duo avec Giovanni Barcella, un batteur phénoménal (album "Sessions 2009" chez El Negocito), avec Fabian Fiorini, un vrai déluge de notes (album "Da Mo" chez Werf, avec Jean-Jacques Avenel à la contrebasse et Barcella à la batterie), en trio avec Gratitude (album "Alive' qui vient de sortir sur le label El Negocito) puis en quintet avec tout le monde: des moments flamboyants.
Mais une parenthèse: dans les festivals belges, l'heure est visiblement au "revival". Au Gaume, on revisite Pink Floyd (Philippe Laloy) et Janis Joplin (Tortiller). A Anvers, on célèbre Coltrane avec Lovano et Potter, Fats Waller avec Jason Moran, Ray Charles avec Eric Legnini, Armstrong avec Dr John. Côté européen, on réinvite Texier-Romano-Sclavis comme si chacun des trois n'avait pas de nouvelle actualité, à croire que la scène européenne d'aujourd'hui n'existe plus. Et, à titre d'exemple, l'ONJ d'Olivier Benoît ou le Megaoctet d'Andy Emler qui va sortir un nouvel album avec Laurent Blondiau? Le public actuel n'est-il sensible qu'aux sirènes du passé?

Claude Loxhay
Photos: Jos L. Knaepen

Article publié par jazzaround
klein logo

 


Logo

 

Upcoming

No current events.

 

clemenscom logofp

 

WerfrecordsLogo-300
werf-algemeen
vkh logo zwart


Special thanks to our photographers:

Henning Bolte
Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu

Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn

Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Jacky Lepage

Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten
Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Guy van de Poel
Cees van de Ven
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

 

Henning Bolte
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Claude Loxhay
Herman te Loo
Iwein Van Malderen