Brussels Jazz Festival : Brussels Jazz Orchestra, Enrico Pieranunzi, Bert Joris à Flagey.

Mercredi 21 janvier 2015. Le Brussels Jazz Orchestra présente son nouveau projet, "The Music of Enrico Pieranunzi", avec, en solistes, le pianiste romain et Bert Joris, devant un public bruxellois conquis, parmi lequel une série de musiciens amis: Nathalie Loriers (elle avait, entre autres, découvert Enrico Pieranunzi, en 1994, lors de son concert solo, au festival Jazz au Château, à Oupeye et lui a dédié sa composition Canzoncina), Antoine Pierre et Jean-Paul Estiévenart (ils ont joué avec Pieranunzi au Gaume Jazz, cet été).
Au répertoire, les huit compositions de l'album WERF et, en rappel, une surprise. Dès le premier morceau, 'Persona', on découvre, outre le lyrisme mélodique du pianiste romain, toute la science des arrangements concoctés par Bert Joris, sa parfaite connaissance de la riche palette sonore de l'orchestre et son art des contrastes. En opposition au timbre flamboyant de sa trompette, une palette sonore tout en délicatesse: aux côtés des deux ténors, une flûte (Frank Vaganée), une clarinette (Dieter Limbourg), une clarinette basse (Bo van der Werf), des bugles et des trombones avec sourdine, un véritable écrin pour le piano lyrique de Pieranunzi.
Suivront 'Fellini Waltz', tout en langueur, avec Bert Joris au bugle; 'Within the house', au tempo très swing, avec un retour des saxophones alto et baryton; l'énergique 'It speaks for itself', la seule pièce sans Bert Joris, mais avec des solos de Bo van der Werf (bs) et Jos Machtel (cb); 'With my heart in a song', avec bugle et solo de trombone de Frederik Heirman; la très belle ballade 'Coralie', une composition que Pieranunzi avait d'abord enregistrée en duo avec Enrico Rava, avec un solo de bugle sur fond de trompettes bouchées; 'Distance from departure', avec un retour des flûte et clarinettes, pour se clore sur un tumultueux 'Newsbreak' mettant bien en valeur toute la puissance de la masse sonore de l'orchestre, en parfaite complicité avec le sens mélodique d'un Pieranunzi visiblement ravi par cette expérience en grande formation.
Enfin, en rappel, un thème qui ne figure pas sur l'album mais peut être téléchargé, 'Tierra natale', que le pianiste a enregistré, à la tête de son Latin Quintet, sur l'album "Live at Birdland", avec ici, en front line, l'alto de Frank Vaganée, la trompette du Français Pierre Drevet (un membre du Grand Ensemble de Patrice Caratini) et le trombone de Frederik Heirman, pour se clore sur un vigoureux échange entre la batterie de Toni Vitacolonna et le piano fougueux de Pieranunzi.
Un tonnerre d'applaudissements: Enrico Pieranunzi n'est pas seulement un merveilleux mélodiste, il est un extraordinaire dispensateur de swing, porté qu'il est par la magie du BJO et les arrangements brillants de Bert Joris.

Claude Loxhay
Article publié par jazzaround
klein logo

 


Logo

 

Upcoming

No current events.

 

clemenscom logofp

 

WerfrecordsLogo-300
werf-algemeen
vkh logo zwart


Special thanks to our photographers:

Henning Bolte
Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu

Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn

Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Jacky Lepage

Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten
Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Guy van de Poel
Cees van de Ven
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

 

Henning Bolte
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Claude Loxhay
Herman te Loo
Iwein Van Malderen