Bas Bulteel Trio: Coming Home / Christoph Erbstösser Trio: Alma

bas bulteel

Petit retour en arrière sur deux piano-trios, sortis il y a quelques mois sur le label Werf: l'un plutôt "classique", dans la lignée de Bill Evans, avec un échange complice entre piano et contrebasse; l'autre, avec des accents électriques (Fender Rhodes et basse électrique) et une inspiration africaine.
Né en 1971, Bas Bulteel a poursuivi ses études aux Conservatoires de Den Haag avec Rob Van Bavel et d'Utrecht avec Bert van den Brinck. Actuellement, il enseigne au Conservatoire d'Ostende. S'il a accompagné plusieurs chanteuses, comme Deborah Brown et Judy Niemack, il a aussi fait partie du quintet de Richard Rousselet et Marie-Anne Standaert et enregistré "Jazz after midnight" avec Willy Vandewalle. Il a formé son propre trio dès 2011, avec deux musiciens belges de renommée internationale: à la contrebasse, Bart Denolf, complice de Sadi, Jacques Pelzer et Gino Latucca, mais qui a aussi côtoyé le Britannique Andy Sheppard et le pianiste français Jean-Marie Machado; à la batterie, Bruno Castellucci, qui a aussi bien enregistré avec Paolo Radoni, Eric Legnini, Fabien Degryse ou Ivan Paduart qu'avec l'Anglais John Taylor ("Lost and found"), l'Allemand Klaus Ignatzek ou le Sud-Américain Claudio Roditi ("Crossworld" de Jean-Louis Rassinfosse). Tout au long des 13 plages de l'album, douze compositions originales et le classique "Everything I love" de Cole Porter, le pianiste ménage un équilibre parfait entre lyrisme mélodique et sens du swing, en totale empathie avec la contrebasse très mélodique de Bart Denolf et sous l'impulsion swing de Bruno Castellucci.

alma

Dans notre pays, on connaît Christoph Erbstösser, né à Cologne en 1965, surtout comme l'ancien pianiste du Brussels Jazz Orchestra (albums "The September Sessions" en 1999 et "The Music of Bert Joris" en 2002) et pour sa participation, en 2002, à "Song for Mbizo" de Chris Joris. Dès 1986, le pianiste allemand était parti en Afrique, au Niger, à la recherche des racines africaines du jazz. Ainsi, parmi les compositions originales de son album "Vive les étrangers" de 2001, figurait un vibrant "African Blues".
Pour "Alma", il s'est entouré, d'une part, du batteur guadeloupéen Sonny Troupé, fervent du gwo-ka et complice du saxophoniste Jacques Schwarz-Bart; de l'autre, du bassiste Mike Armoogum, natif de l'île Maurice, qui a joué avec Touré Kounda et au sein du quartet de Sonny Troupé. A l'exception de la ballade "E Nem Da Pra Dizer" d'Hermeto Pascoal, le répertoire est constitué de compositions originales: cinq du leader, quatre du bassiste avec un groove aux colorations africaines. C'est le cas de "Rochebrune" qui s'ouvre un motif de basse très Ouest-Africain, "Ringo's Whistle" dédié au père de Mike Armoogum, "Sunset" en référence aux griots africains ou "Pram Compt" inspiré par le style Sega typique de l'île Maurice. Tandis que "Pont Mirabeau" et "Flandre" (une avenue parisienne) trouvent leur source dans la capiatle française. C. Erbstösser passe du piano au Fender Rhodes selon les plages, tantôt inspiré par Keith Jarrett ("Vanguard"), tantôt par Bud Powell ("Monsun"), mais toujours galvanisé par la guitare basse du Mauricien et les percussions colorées de Sonny Troupé. Deux albums très contratsés mais qui ont chacun leur charme.

Claude Loxhay
Article publié par jazzaround
klein logo

 


Logo

 

Upcoming

No current events.

 

clemenscom logofp

 

WerfrecordsLogo-300
werf-algemeen
vkh logo zwart


Special thanks to our photographers:

Henning Bolte
Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu

Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn

Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Jacky Lepage

Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten
Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Guy van de Poel
Cees van de Ven
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

 

Henning Bolte
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Claude Loxhay
Herman te Loo
Iwein Van Malderen